Raymond Boudin Bibliography De Mariama Ba

Transcription

1

2

3 XVIII èmes Journées Médicales, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires de Dakar Du 10 au 13 Avril 2017 Faculté de Médecine/UCAD Livre des résumés 1 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

4 Au cas où... Avec de nombreux distributeurs, toujours plus proches de vous Il est temps d aller de l avant avec Ecobank. La banque partout, 24h / 24 ecobank.com XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 6203_GRP_Move-on-up_Ad_A4_Multi_MASTER_P_FR_V2.indd /07/ :43

5 PRÉSIDENT D HONNEUR Son Excellence Monsieur Macky Sall Président de la République PRÉSIDENT DES JOURNÉES Professeur Adrien Diop Mot du Président des journées PRÉSIDENT COMITÉ ORGANISATION Professeur Amadou Diouf 3 PRÉSIDENT COMITÉ SCIENTIFQUE Professeur Livre des Serigne résumés Abdou - Faculté BA de Médecine/UCAD

6 XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 4

7 DOYEN PREMIER ASSESSEUR DEUXIEME ASSESSEUR CHEF DES SERVICES ADMINISTRATIFS M. AMADOU DIOUF M. ABDOULAYE SAMB M. MALICK FAYE M. El Hadji Boubacar BALL I. MEDECINE PROFESSEURS TITULAIRES LISTE DU PERSONNEL ENSEIGNANT PAR GRADE ANNEE UNIVERSITAIRE M. Mamadou BA Urologie Mme Mariame GUEYE BA Gynécologie-Obstétrique M. Momar Codé BA Neurochirurgie M. Serigne Abdou BA Cardiologie M. Seydou Boubakar BADIANE Neurochirurgie M. Mamadou Diarrah BEYE Anesthésie-Réanimation M. Boubacar CAMARA Pédiatrie M. Cheikh Ahmed Tidiane CISSE Gynécologie-Obstétrique M. Jean Marie DANGOU Anatomie et Cytologie Patho. M. Ahmadou DEM Cancérologie M. Abdarahmane DIA Anatomie-Chirurgie Générale Mme. Anta TAL DIA Médecine Préventive M. Ibrahima DIAGNE Pédiatrie M. Bay Karim DIALLO O.R.L M. Babacar DIAO Urologie M. Maboury DIAO Cardiologie M. Charles Bertin DIEME Orthopédie-traumatologie M. Madieng DIENG Chirurgie Générale M. Mame Thierno DIENG Dermatologie M. Amadou Gallo DIOP Neurologie M. Mamadou DIOP Anatomie M. Saliou DIOP Hématologie Clinique Mme. Sokhna BA DIOP Radiologie M. Alassane DIOUF Gynécologie-Obstétrique M. Boucar DIOUF Néphrologie Mme. Elisabeth DIOUF Anesthésiologie-Réanimation M. Mamadou Lamine DIOUF Hépatologie / Gastro-Entérologie M. Raymond DIOUF O.R.L M. Saliou DIOUF Pédiatrie Mme Awa Oumar TOURE FALL Hématologie Biologique M. Babacar FALL Chirurgie Générale M. Papa Ahmed FALL Urologie M. Babacar FAYE Parasitologie Mme. Sylvie SECK GASSAMA Biophysique Mme. Gisèle WOTO GAYE Anatomie Pathologique M. Oumar GAYE Parasitologie M. Lamine GUEYE Physiologie 5 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

8 M. Serigne Maguèye GUEYE Urologie M. EL Hadj Fary KA Néphrologie M. Mamadou Mourtalla KA Médecine Interne M. Ousmane KA Chirurgie Générale M Abdoul KANE Cardiologie M. Assane KANE Dermatologie M. Oumar KANE Anesthésie-Réanimation Mme. Fatimata LY Dermatologie M. Mamadou MBODJ Biophysique M. Jean Charles MOREAU Gynécologie-Obstétrique M. Claude MOREIRA Pédiatrie M. Philipe Marc MOREIRA Gynécologie- Obstétrique M. Abdoulaye NDIAYE Anatomie-Orthopédie-Trauma M. Issa NDIAYE O.R.L M. Mouhamadou NDIAYE Chirurgie Thoracique&Cardio-vasculaire M. Mouhamadou Mansour NDIAYE Neurologie M. Moustapha NDIAYE Neurologie M. Ousmane NDIAYE Pédiatrie M. Papa Amadou NDIAYE Ophtalmologie * M.Souhaïbou NDONGO Médecine Interne *M. Cheikh Tidiane NDOUR Maladies Infectieuses M. Alain Khassim NDOYE Urologie M. Oumar NDOYE Biophysique M. Gabriel NGOM Chirurgie Pédiatrique *M. Abdou NIANG CM / Néphrologie M. El Hadji NIANG Radiologie Mme. Suzanne Oumou NIANG Dermatologie M. Abdoulaye POUYE CM / Médecine Interne *M. Youssoupha SAKHO Neurochirurgie M. Niama DIOP SALL Biochimie Médicale M. Abdoulaye SAMB Physiologie M. André Daniel SANE Orthopédie-Traumatologie M. Moussa SEYDI Maladies Infectieuses *M. Masserigne SOUMARE Maladies Infectieuses M. Ahmad Iyane SOW Bactériologie-Virologie +* M. Papa Salif SOW Maladies Infectieuses M. Mouhamadou Habib SY Orthopédie-Traumatologie M. Cheickna SYLLA Urologie M. Abdourahmane TALL O.R.L M. Mamadou Habib THIAM Psychiatrie MAITRES DE CONFERENCES AGREGES Mme. Fatou Diallo AGNE Biochimie Médicale M. Abdoulaye BA Physiologie Mme. Aïssata LY BA Radiologie M.EL Hadj Amadou BA Ophtalmologie M. Amadou Gabriel CISS Chirurgie Thoracique & Cardio. Vasc. M. Mamadou CISSE Chirurgie Générale M. Mamadou Lamine CISSE Gynécologie-Obstétrique M. Mamadou COUME Médecine Interne XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 6

9 M. Daouda DIA Hépatologie / Gastro-Entérologie M. Djibril DIALLO Gynécologie-Obstétrique M. Saïdou DIALLO Rhumatologie M. Alassane DIATTA Biochimie Médicale * Mme. Marie Edouard Faye DIEME Gynécologie - Obstétrique M. Ibrahima Bara DIOP Cardiologie M. Papa Saloum DIOP Chirurgie Générale M. Saïd Norou DIOP Médecine Interne II M. Amadou Lamine FALL Pédiatrie M. Lamine FALL Pédopsychiatrie M. Adama FAYE Santé Publique Mme. Mame Awa FAYE Maladies Infectieuses M.Oumar FAYE Parasitologie M. Oumar FAYE Histologie-Embryologie M. Papa Lamine FAYE Psychiatrie M. Pape Macoumba GAYE Radiothérapie Mme. Yacine Dia KANE Pneumophtisiologie M. Abdoulaye LEYE Endocrinologie M. Alassane MBAYE Cardiologie Mme. Ndèye. Maïmouna NDOUR MBAYE Médecine Interne * M. Mouhamadou MBENGUE Hépathologie / Gastro-entérologie Mme. Fatou Samba Diago. NDIAYE Hématologie Clinique M. Mor NDIAYE Médecine du Travail Mme. Ndèye Fatou Coulibaly NDIAYE Orthopédie-Traumatologie + * M. Papa NDIAYE Médecine Préventive M. Oumar NDOUR Chirurgie Pédiatrique M. Jean Marc Ndiaga NDOYE Anatomie Mme Marie DIOP NDOYE Anesthésie-Réanimation M. Lamine NIANG Urologie Mme. Paule Aïda NDOYE ROTH Ophtalmologie Mme. Anne Aurore SANKALE Chirurgie plastique et reconstructive Mme. Anna SARR Médecine Interne * M. Ibrahima SECK Médecine Préventive M. Mohamed Maniboliot SOUMAH Médecine légale Mme. Aïda SYLLA Psychiatrie M. Assane SYLLA Pédiatrie M. Roger Clément Kouly TINE Parasitologie Médical Mme. Nafissatou Oumar TOURE Pneumologie + Disponibilité * Associé Détachement MAITRES-ASSISTANTS M. Papa Salmane BA Chirurgie Thoracique & Cardio vasc. Mme. Marie Louise BASSENE Hépato-gastroentérologie M. Malick BODIAN Cardiologie M. El Hadj Souleymane CAMARA Orthopédie-Traumatologie Mme. Mariama Safiétou KA CISSE Médecine Interne M. Mouhamadou Moustapha CISSE Néphrologie M. André Vauvert DANSOKHO Orthopédie-Traumatologie M. Richard Edouard Alain DEGUENONVO O-R-L 7 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

10 M. Mouhamadou Lamine DIA Bactériologie-Virologie M. Chérif Mouhamed M. DIAL Anatomie Pathologique M. Abdoulaye Séga DIALLO Histologie-Embryologie M. Demba DIEDHIOU Médecine Interne II Mme. Marie Joseph DIEME Anatomie Pathologique M. Pape Adama DIENG Chirurgie Thoracique & Cardio-Vasculaire * M. Mamadou Moustapha DIENG Cancérologie Mme. Seynabou FALL DIENG Médecine Interne I Mme. Evelyne Siga DIOM O.R.L. µ M. Abdoulaye Dione DIOP Radiologie µ M.Rudolph DIOP Stomatologie µ M.Abdoul Aziz DIOUF Gynécologie-Obstétrique M. Assane DIOUF Maladies Infectieuses M. Mayacine DIONGUE Santé Publique Mme. Abibatou SALL FALL Hématologie Biologique M. Boubacar FALL Urologie Mme. Mame Coumba GAYE FALL Médecine du Travail M. Mohamed Lamine FALL Anesthésie-réanimation Mme. Anna Modji Basse FAYE Neurologie * M. Papa Moctar FAYE Pédiatrie Mme. Louise FORTES Maladies Infectieuses µ M. Mamour GUEYE Gynécologie-Obstétrique µ M. Modou GUEYE Pédiatrie * M. Abdoul Aziz KASSE Cancérologie M. Amadou Ndiassé KASSE Orthopédie-Traumatologie µ M. Charles Valérie Alain KINKPE Orthopédie-Traumatologie µ M. Mamadou Makhtar Mbacké LEYE Médecine Préventive Mme. Aminata DIACK MBAYE Pédiatrie M.Aïnina NDIAYE Anatomie M. Maodo NDIAYE Dermatologie M. Mouhamadou Bamba NDIAYE Cardiologie M. Papa Ibrahima NDIAYE Anesthésie Réanimation M. Boucar NDONG Biophysique Mme. Ndèye Dialé Ndiaye NDONGO Psychiatrie M. Ndaraw NDOYE Neurochirurgie Mme. Marguerite Edith D. QUENUM Ophtalmologie µ Mme. Magatte Gaye SAKHO Neurochirurgie M. Ndéné Gaston SARR Biochimie Médicale M. Moussa SECK Hématologie Mme. Adjaratou Dieynabou Sow SEMBENE Neurologie M. Yaya SOW Urologie M. Alioune Badara THIAM Neurochirurgie µ M. Alpha Oumar TOURE Chirurgie Générale M Silly TOURE Stomatologie ASSISTANTS µ Mme. Nafissatou Ndiaye BA Anatomie Pathologique µ M.Nfally BADJI Radiologie µ M. El Hadji Amadou Lamine BATHILY Biophysique XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 8

11 µ Mme. Fatou CISSE Biochimie Médicale µ M.Boubacar Samba DANKOKO Médecine Préventive µ M Sidy Akhmed DIA Médecine du Travail Mme. Mama SY DIALLO Histologie-embryologie µ M. Mor DIAW Physiologie M. Baïdy DIEYE Bactériologie-Virologie µ Mme. Aïssatou Seck DIOP Physiologie M. Amadou DIOP Bactériologie-Virologie M. Ndiaga DIOP Histologie- Embryologie et Cytogénétique µ M. Ousseynou DIOP Biophysique M. Blaise Félix FAYE Hématologie M. Abdou Magib GAYE Anatomie Pathologique µ M.. Magaye GAYE Anatomie µ Melle. Mame Vénus GUEYE Histologie- Embryologie µ Melle. Salimata Diagne HOUNDJO Physiologie µ M. Magatte NDIAYE Parasitologie Médicale Melle Aïssatou Ahmet NIANG Bactériologie-Virologie µ M. El Hadji Oumar NDOYE Médecine Légale µ M. Khadim NIANG Médecine Préventive µ M. Abdourahmane SAMBA Biochimie Médicale Mme. Ndèye Marème SOUGOU Médecine Préventive et Santé publique µ M. Abdou Khadir SOW Physiologie µ M. Doudou SOW Parasitologie Médicale µ M. Khadime SYLLA Parasitologie Médicale µ M. Ibou THIAM Anatomie Pathologique M. Souleymane THIAM Biochimie Médicale Melle Maïmouna TOURE Physiologie CHEFS DE CLINIQUE-ASSISTANTS DES SERVICES UNIVERSITAIRES DES HOPITAUX µ M. Léra Géraud Cécil Kévin AKPO Radiologie µ M. Abou BA Pédiatrie µ Mme. Aïssatou BA Pédiatrie * M. El Hadji Makhtar BA Psychiatrie µ M. Idrissa BA Pédopsychiatrie µ M. Idrissa Demba BA Pédiatrie µ Mme. Mame Sanou Diouf BA O.R.L. µ M. Mamadou Diawo BAH Anesthésie-Réanimation M. Djibril BOIRO Pédiatrie µ M Momar CAMARA Psychiatrie µ Mme. Maïmouna Fafa CISSE Pneumologie M. Mohamed DAFFE Orthopédie-Traumatologie µ M. Abdoulaye DANFA Psychiatrie M. Hamidou DEME Radiologie Mme. Yaay Joor Biigé DIENG Pédiatrie M. Souleymane DIAO Orthopédie-Traumatologie M. Mohamed Tété Etienne DIADHIOU Gynécologie-Obstétrique µ M. Jean Pierre DIAGNE Ophtalmologie µ Mme. Nafissatou DIAGNE Médecine Interne µ M. Ngor Side DIAGNE Neurologie Mme. Salamata Diallo DIAGNE Hépatologie / Gastro-Entérologie 9 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

12 M. Moussa DIALLO Gynécologie Obstétrique µ Mme.Viviane Marie Pierre CISSE DIALLO Maladies Infectieuses M. Boubacar Ahy DIATTA Dermatologie µ M. Souleymane DIATTA Chirurgie Thoracique Mme Mame Salimata DIENE Neurochirurgie Mme. Yaay Joor Koddu Biigé DIENG Pédiatrie µ M. Assane DIOP Dermatologie M. Momar Sokhna dit Sidy Khoya DIOP Chirurgie Thoracique&Cardio-vasculaire M. Doudou DIOUF Cancérologie M. Mamadou Lamine DIOUF Pédopsychiatrie µ M. Momar DIOUM Cardiologie M. Boundia DJIBA Médecine Interne µ M. Atoumane FAYE Médecine Interne µ Mme. Fatou Ly FAYE Pédiatrie Melle. Maria FAYE Néphrologie M. Ndiaga Matar GAYE Neurologie M. Omar GASSAMA Gynécologie-Obstétrique M Alioune Badara GUEYE Orthopédie-Traumatologie M.Mamadou Ngoné GUEYE Hépathologie / Gastro-Entérologie Mme. Mame Diarra Ndiaye GUEYE Gynécologie-Obstétrique µ M. Aly Mbara KA Ophtalmologie µ M.Daye KA Maladies Infectieuses µ M. Ibrahima KA Chirurgie Générale µ M. Sidy KA Cancérologie M. Baïdy Sy KANE Médecine Interne µ M. Younoussa KEITA Pédiatrie µ Melle Ndèye Aïssatou LAKHE Maladies Infectieuses µ M. Ahmed Tall LEMRABOTT Néphrologie Mme Fatou Aw LEYE Cardiologie µ M. Papa Alassane LEYE Anesthésie-réanimation M. Yakham Mohamed LEYE Médecine Interne µ Mme. Indou DEME LY Pédiatrie Mme. Fatimata Binetou Rassoule MBAYE Pneumologie M. Papa Alassane MBAYE Chirurgie Pédiatrique µ Mme. Khardiata Diallo MBAYE Maladies Infectieuses µ Mme. Awa Cheikh Ndao MBENGUE Médecine Interne µ M. Ciré NDIAYE O-R-L M. Joseph Matar Mass NDIAYE Ophtalmologie M. Lamine NDIAYE Chirurgie Plastique et Reconstructive M. Mouhamadou Makhtar NDIAYE Stomatologie & Chirurgie maxillo- faciale M. Ibrahima NDIAYE Psychiatrie M. Aliou Abdoulaye NDONGO Pédiatrie µ Mme. Maguette Mbaye NDOUR Neurochirurgie Mme. Ndèye Aby NDOYE Chirurgie Pédiatrique M. Aliou Alassane NGAIDE Cardiologie µ M. Babacar NIANG Pédiatrie * M. Mouhamadou Mansour NIANG Gynécologie-Obstétrique µ M Moustapha NIASSE Rhumatologie µ M. Aloïse SAGNA Chirurgie Pédiatrique M. Lamine SARR Orthopédie-Traumatologie µ Mme. Nafy Ndiaye SARR Médecine Interne µ M. Simon Antoine SARR Cardiologie XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 10

13 µ M. Mamadou SECK Chirurgie Générale µ Mme. Sokhna SECK Psychiatrie Mme. Marième Soda DIOP SENE Neurologie µ M. Aboubacry Sadikh SOW Ophtalmologie µ M. Djiby SOW Médecine Interne µ M. Abou SY Psychiatrie µ Mme. Khady THIAM Pneumologie µ M. Mbaye THIOUB Neurochirurgie µ M. Aliou THIONGANE Pédiatrie M. Mamadou Mour TRAORE Anesthésie-réanimation M. Cyrille ZE ONDO Urologie + Disponibilité * Associé Détachement µ Titularisation II. PHARMACIE PROFESSEURS TITULAIRES M. Emmanuel BASSENE Pharmacognosie et Botanique M. Cheikh Saad Bouh BOYE Bactériologie-Virologie M. Aynina CISSE Biochimie Pharmaceutique Mme. Aïssatou Gaye DIALLO Bactériologie-Virologie Mme. Aminata SALL DIALLO Physiologie Pharmaceutique M. Mounibé DIARRA Physique Pharmaceutique M. Alioune DIEYE Immunologie * M. Amadou Moctar DIEYE Pharmacologie et Pharmacodynamie M. Tandakha Ndiaye DIEYE Immunologie M. Pape Amadou DIOP Biochimie Pharmaceutique M. Yérim Mbagnick DIOP Chimie Analytique M. Amadou DIOUF Toxicologie M.Djibril FALL Pharmacie Chimique & Chimie Orga. M. Mamadou FALL Toxicologie M. Bara NDIAYE Chimie Analytique M. Daouda NDIAYE Parasitologie Mme. Philomène LOPEZ SALL Biochimie Pharmaceutique M. Mamadou SARR Physiologie Pharmaceutique M. Guata yoro SY Pharmacologie et Pharmacodynamie M. Alassane WELE Chimie Thérapeutique MAITRES DE CONFERENCES AGREGES M. Makhtar CAMARA Bactériologie-virologie Mme. Rokhaya Ndiaye DIALLO Biochimie Pharmaceutique Mlle.Thérèse DIENG Parasitologie M. Ahmadou Bamba K. FALL Pharmacie Galénique M. Pape Madièye GUEYE Biochimie Pharmaceutique M. Modou Oumy KANE Physiologie Pharmaceutique M.Gora MBAYE Physique Pharmaceutique 11 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

14 M. Augustin NDIAYE Physique Pharmaceutique * Mme. Halimatou Diop NDIAYE Bactériologie Virologie Mme. Maguette D.SYLLA NIANG Immunologie M. Serigne Omar SARR Chimie Analytique & Bromatologie M.Oumar THIOUNE Pharmacie Galénique MAITRE DE CONFERENCES M. Matar SECK Pharmacie Chimique et Chimie Organique MAITRES-ASSISTANTS Melle. Aïda Sadikh BADIANE Parasitologie M. William DIATTA Botanique M. Amadou DIOP Chimie Analytique µ M. Louis Augustin D. DIOUF Physique Pharmaceutique M. Alioune Dior FALL Pharmacognosie M. Macoura GADJI Hématologie M. Babacar MBENGUE Immunologie * M. Mamadou NDIAYE Pharmacologie et Pharmacodynamie Mme. Mathilde M. P. Cabral NDIOR Toxicologie M. Abdoulaye SECK Bactériologie Virologie Mme. Awa Ndiaye SY Pharmacologie Mme Aminata TOURE Toxicologie ASSISTANTS µ Mme Kady Diatta BADJI Botanique Mme Fatoumata BAH Toxicologie µ M. Mamadou BALDE Chimie Thérapeutique * M. Frimin Sylva BARBOZA Pharmacologie M. Oumar BASSOUM Epidémiologie et Santé publique µ Mme. Awa Ba DIALLO Bactériologie-Virologie µ M. Adama DIEDHIOU Chimie Thérapeutique & Organique M. Assane DIENG Bactériologie-Virologie µ M. Serigne Ibra Mbacké DIENG Pharmacognosie M. Khadim DIONGUE Parasitologie Pharmaceutique µ M. Cheikh DIOP Toxicologie µ M. Moussa DIOP Pharmacie Galénique M. Alphonse Rodrigue DJIBOUNE Physique Pharmaceutique * M. Babacar FAYE Biologie Moléculaire et cellulaire µ M. Djiby FAYE Pharmacie Galénique µ Melle Rokhaya GUEYE Chimie Analytique & Bromatologie µ Mme. Rokhaya Sylla GUEYE Pharmacie Chimique et Chimie Organique * Moustapha MBOW Immunologie M. Youssou NDAO Galénique & Législation µ Mme Arame NDIAYE Biochimie Médicale µ M. Mouhamadou NDIAYE Parasitologie M. El Hadji Malick NDOUR Biochimie Pharmaceutique M. Idrissa NDOYE Pharmacie Chimique et Chimie Organique * M. Mame Cheikh SECK Parasitologie µ M. Mbaye SENE Physiologie Pharmaceutique XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 12

15 µ M. Madièye SENE Pharmacologie µ M. Papa Mady SY Physique Pharmaceutique µ Mme. Fatou Guèye TALL Biochimie Pharmaceutique µ Melle. Khadidiatou THIAM Chimie Analytique & Bromatologie µ M. Yoro TINE Chimie Générale + Disponibilité * Associé Détachement µ Titularisation CHIRURGIE DENTAIRE PROFESSEURS TITULAIRES M. Henri Michel BENOIST Parodontologie M. Falou DIAGNE Orthopédie Dento-Faciale Mme Adam Marie SECK DIALLO Parodontologie M. Papa Demba DIALLO Parodontologie M. Papa Ibrahima NGOM Orthopédie Dento-Faciale M. Babacar TOURE Odontologie Conservatrice Endodontie MAITRES DE CONFERENCES AGREGES Mme Khady DIOP BA Orthopédie Dento-Faciale Mme. Fatou Lèye BENOIST O.C.E. M. Daouda CISSE Odontologie Prév. et Sociale M. Abdoulaye DIOUF Parodontologie Mme Aïssatou TAMBA FALL Pédodontie-Prévention M.Babacar FAYE Odontologie Cons. Endodontie M. Daouda FAYE Odontologie Préventive et Sociale M. Malick FAYE Pédodontie M. Cheikh Mouhamadou M. LO Odontologie Prév. Sociale M. El Hadj Babacar MBODJ Prothèse Dentaire Mme Charlotte FATY NDIAYE Chirurgie Buccale M. Paul Débé Amadou NIANG Chirurgie Buccale M. Mouhamed SARR Odontologie Cons. Endodontie Mme Soukèye DIA TINE Chirurgie Buccale MAITRES ASSISTANTS µ Mme. Adjaratou Wakha AIDARA O.C.E. M. Khaly BANE O.C.E. Mme. Binetou C. GASSAMA BARRY Chirurgie Buccale * M. Lambane DIENG Prothèse Dentaire Mme Fatou DIOP Pédodontie-Prévention M. Joseph Samba DIOUF Orthopédie Dento-Faciale M. Massamba DIOUF Odontologie Prév. et Sociale * M. Moctar GUEYE Prothèse Dentaire µ M. Papa Abdou LECOR Anatomo- Physiologie M. Cheikh NDIAYE Prothèse Dentaire 13 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

16 Mme Farimata youga DIENG SARR Matières Fondamentales M. Babacar TAMBA Chirurgie Buccale ASSISTANTS µ M. Abdou BA Chirurgie Buccale µ M. Alpha BADIANE Orthopédie Dento-Faciale Mme Khady BADJI Prothèse Dentaire M. Ahmad Moustapha DIALLO Parodontologie M. Mamadou Tidiane DIALLO Odontologie Pédiatrique µ M. Mamadou DIATTA Chirurgie Buccale * M. Khalifa DIENG Odontologie Légale Mme. Mbathio DIOP Santé Publique dentaire µ M. Abdoulaye DIOUF Odontologie Pédiatrique µ Mme. Ndèye Nguiniane Diouf GAYE Odontologie Pédiatrique * M. Mouhamadou Lamine GUIRASSY Parodontologie M. Pape Ibrahima KAMARA Prothèse Dentaire M. Mouhammad KANE Chirurgie Buccale µ Mme. Aïda KANOUTE Santé Publique Dentaire µ M. Alpha KOUNTA Chirurgie Buccale µ M. Edmond NABHANE Prothèse Dentaire µ Mme. Diouma NDIAYE Odontologie Conservatrice-Endodontie µ M. Mamadou Lamine NDIAYE Radiologie Dento maxillo-faciale µ M. Seydina Ousmane NIANG Odontologie Conservatrice-Endodontie µ M. Oumar Harouna SALL Matières Fondamentales Melle. Anta SECK Odontologie Conservatrice-Endodontie M. Sankoung SOUMBOUNDOU Odontologie Légale M. Diabel THIAM Parodontologie µ Mme. Soukèye Ndoye THIAM Odontologie Pédiatrique µ Mme. Néné THIOUNE Prothèse Dentaire µ M. Amadou TOURE Prothèse Dentaire + Disponibilité * Associé Détachement µ Titularisation XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 14

17 Chirurgie Générale, chirurgie pédiatrique et urologie C1 - HERNIE INTERNE DU LIGAMENT LARGE : UN DIAGNOSTIC EVOQUE A LA TOMODENSITOMETRIE POUR UN TRAITEMENT PAR COELIOSCOPIE Diémé Eugène, Diouf M, Ndiaye AR, Ndiaye B, Bénadji E, Sall I, Fall O, Sow A, Ogougbémy M. Adresse : Hôpital Principal de Dakar Introduction La hernie interne du ligament large est exceptionnelle. A partir d un cas reçu aux urgences, nous nous proposons de faire un rappel sur les aspects diagnostiques et thérapeutiques. 2 - Notre observation Il s agissait de Mme D.R.B agée de 37 ans, 3G 3P, admises pour des pelviennes associées à des vomissements. Il n y avait pas d arrêt des matières et des gaz. Elle n avait aucun antécédent chirurgical. L abdomen était plat, non météorisé avec sensibilité de la fosse iliaque droite. Les touchers pelviens étaient sans particularité. Le bilan sanguin était normal. Le test de Wide était négatif. L échographie abdominale était non contributive. Le scanner abdominal faisait évoquer soit une hernie interne du ligament large droit soit une occlusion sur bride spontanée. L indication d une coelioscopie exploratrice était posée. Elle montrait une hernie interne du ligament large droit avec incarcération de grêle. La désincarcération de l anse était faite suivie d une fermeture du défect par suture. Les suites opératoires étaient simples. Le retour à domicile était prononcé au 2e jour après l intervention. 3 - Conclusion La hernie interne du ligament large est une cause rare d occlusion du grêle. Le scanner abdominal permet d en évoquer le diagnostic. Sa prise en charge est améliorée par l apport de la coelioscopie qui confirme le diagnostic et permet le traitement en facilitant les suites opératoires. Mots clés : hernie interne, ligament large, tomodensitométrie, coelioscopie C2- OCCLUSION INTESTINALE DANS UN CUL DE SAC DE DOUGLAS Sall Ibrahima, Diémé E, Diouf M, Bénadji E, Ndiaye B, Fall O, Sow A, Ogougbémy M. Département de chirurgie, Service Sohier, Hôpital Principal de Dakar. 1 avenue Nelson Mandela, BP 3006 Dakar. Introduction L occlusion intestinale est une pathologie fréquente. Certaines étiologies sont rares et d autres exceptionnelles. Les auteurs rapportent un cas inédit, étayé par une revue de la littérature. Observation Il s agit d un patient de 50 ans, sans antécédent ni terrain particulier, admis pour un syndrome occlusif évoluant sur une semaine. L examen clinique ne retrouvait ni orifice herniaire, ni masse abdominale, ni tumeur rectale. La sonde gastrique ramenait un liquide fecaloide. Le bilan biologique trouvait comme anomalie une hyponatrémie (129meq/l) et un taux d hématocrite à 54%. Le scanner abdominal montrait un segment intestinal incarcéré entre la vessie et le rectum. L exploration chirurgicale trouvait une strangulation latérale (selon Richter) d une anse intestinale située à 50cm de la jonction ileocaecale, à travers un orifice fibreux de 1cm de diamètre au fond du cul de sac de Douglas. Une résection intestinale idéale emportant la zone de striction nécrosée a été réalisée, et une suture de la brèche péritonéale par trois points de polyglactine 2/0. 15 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

18 Le transit intestinal avait repris normalement. Mais les suites étaient marquées par une infection de paroi, ayant évoluée favorablement après des soins quotidiens. Conclusion Qu elle soit congénitale (fossettes de Jonnesco) ou acquise (chirurgicale ou traumatique), l anomalie en cause est découverte par une complication occlusive ou de manière fortuite. D une part cette localisation dans le cul de sac recto génital, dont 5 cas de sexe féminin sont recensés sur PubMed, mérite d être distinguée des hernies pelviennes (élytrocèle, enterocèle). Et d autre part, la localisation dans le cul de sac recto vésical, à ce jour non recensée sur PubMed chez le sexe masculin, élargit le cadre de cet entité. C3 - PRISE EN CHARGE DU TESTICULE NON DESCENDU CHEZ L ENFANT A YAOUNDE A PROPOS DE 71 CAS. Mouafo Tambo 1 FF, Kouna 1 TIN, Ndongo 2 R, Fossi 1 G, Salihou1 AS, Lyhmi 1 NS, Ze Minkande 3 J, Andze 1 OG, Sosso4 MA 1. Service de Chirurgie Pédiatrique, Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé (HGOPY) 2. Service de Chirurgie Pédiatrique, Hôpital Central de Yaoundé (HCY) 3. Service d Anesthésie-Réanimation, HGOPY 4. Département de Chirurgie et Spécialités FMSB-UYI Correspondance : Pr MouafoTambo Faustin Service de Chirurgie Pédiatrique Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé (HGOPY) BP: 4362 Yaoundé, Cameroun Tél: But : Le but de ce travail était de décrire les aspects épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques du testicule non descendu dans le Service de Chirurgie Pédiatrique de l hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY). Patients et méthode : Notre étude a été rétrospective, descriptive et analytique de Juin 2008 à Décembre 2016 ; soit une période de 8 ans et 6 mois dans le Service de Chirurgie Pédiatrique de l hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé. Ont été inclus dans cette étude, les dossiers des patients pédiatriques d âge J0 15 ans ayant présenté un testicule non descendu pris en charge à HGOPY et revus en consultation. Les paramètres étudiés étaient : âge, terme, délai de consultation, motif de consultation, tableau clinique, topographie du testicule, voie d abord, geste réalisé, morbidité, recul. L abaissement testiculaire selon Surraco avait été de mise chez tous nos patients, une échographie doppler scrotale était systématique à J 30 post opératoire et l enfant était revu en consultation de contrôle à 3 mois, 6 mois, 9 mois et 12 mois. Résultats : Soixante-onze patients ont été colligés et traités pendant la période d étude, soit une fréquence annuelle de 10 cas. L âge moyen de nos patients était de 5,8 ans [1 jour et 15 ans]. Le délai moyen de consultation était de 4,5 ans [1 jour et 15 ans]. L absence de testicule était le principal motif de consultation (n=62). Tous les patients étaient nés à terme. Les tableaux cliniques étaient les suivant : testicule cryptorchide (n=45), testicule ectopique (n=2), testicule intra-abdominal (n=24), testicule oscillant (n=7), testicule evanescent ou XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 16

19 «vanishing testis» (n=4). La topographie du testicule non descendu a été : inguinale (n=64), pelvienne (n=2), abdominal (n=5). La voie d abord a été inguinale dans un pli abdominal inférieur dans 66 cas (93%) et coelioscopique dans 7% des cas. Les gestes réalisés ont été dominés par l abaissement testiculaire avec orchidopexie. Avec un recul moyen de 3 mois l atrophie testiculaire a représenté 5,6% de notre série. Mots-clés : testicule non descendu - prise en charge - enfant-yaoundé. C4 - RESULTATS DE LA TECHNIQUE DE ONLAY DANS LE TRAITEMENT DE L HYPOSPADIAS DE L ENFANT A YAOUNDE. Mouafo Tambo FF(1), Fossi KG(1), Nyanit BD(1), Mbouché L(1), Kouna TIN (1), Salihou AS(1), Andzé OG(1), Sanchez O(2), Gorduza D (3), Mure PY(3), Sosso MA (4). (1) Service de Chirurgie Pédiatrique, Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé, Cameroun. (2) Hôpitaux Universitaires de Genève-Suisse.(3) Hospices civils de Lyon-France.(4) Département de Chirurgie et Spécialités, Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales, Université de Yaoundé I, Cameroun. Correspondant : Pr Mouafo Tambo Faustin Félicien Service de Chirurgie Pédiatrique, Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé BP Yaoundé, Cameroun - Tél : Introduction La multiplicité des techniques chirurgicales dans le traitement de l hypospadias de l enfant alimente la controverse notamment entre les partisans d une chirurgie en un temps et les adeptes d une chirurgie en deux temps, mais aussi concernant le type de lambeau utilisé, qui peut être libre ou pédiculé. L uréthroplastie selon Onlay est une technique opératoire en un temps utilisant un lambeau préputial pédiculé et nous l avons expérimenté dans le traitement de l hypospadias de l enfant dans le service de chirurgie pédiatrique de l hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé(HGOPY). Objectif Le but de ce travail était d évaluer les résultats du traitement de l hypospadias de l enfant par la technique de Onlay après une huitaine d années de pratique. Méthodologie Notre étude a été longitudinale de cohorte retro-prospective de novembre2009 à novembre 2016, soit 7 années, dans le service de chirurgie pédiatrique de l HGOPY. Ont été inclus dans cette étude les seuls patients pédiatriques d âge J0 à 15 ans présentant un hypospadias non-circoncis et traité selon la technique de Onlay. Les paramètres étudiés ont été : âge, position du méat hypospade, existence ou non d une coudure, complications, qualité du jet urinaire, aspect cosmétique et recul. Pour chaque patient l intervention chirurgicale était menée en un temps sous anesthésie générale plus caudale selon la technique de Onlay utilisant un lambeau préputial pédiculé. Le score de HOSE a été utilisé pour l évaluation de la qualité du jet urinaire et l aspect cosmétique. Résultats Vingt patients ont été colligés et traités. L âge moyen au moment de la chirurgie était de 5 ans avec des extrêmes de 3 et 15 ans. Par rapport à la division du corps spongieux, l hypospadias était proximal dans 17 cas (85%) et distal dans 3 cas (15%). La coudure était retrouvée chez 14 patients (70%) et selon HOSE elle était modérée dans 50% des cas (n=7), sévère dans 28.6% des cas (n=4), et légère dans 21.4% des cas (n=3). Six complications ont été relevées chez 8 patients (40%) : 4 fistules urétro-cutanées, 3 suppurations de la plaie opératoire, 2 hématomes du fût pénien, une rétraction du méat, une sténose du méat et une nécrose partielle du lambeau préputial dans un cas respectivement. Avec un recul moyen de 29.2 mois ±22.2, quatre patients ont été perdus de vue (20%). Le score de HOSE préopératoire est passé de 10.6 à 14.5 en moyenne en postopératoire avec une p-value proche de zéro (p<0.05). Les résultats fonctionnels et esthétiques étaient satisfaisants chez 60% de notre effectif avec découdure complète, bon jet urinaire et méat apical (figure 6). 17 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

20 Conclusion L uréthroplastie selon Onlay dans le traitement de l hypospadias de l enfant est une technique chirurgicale en un temps dont les résultats dans notre pratique sont au moins comparables à ceux de la littérature. Sa stratégie en un temps s accommode bien à notre milieu où il n existe pas d assurance maladie et cette technique comporte un risque moindre de nécrose du fait que le lambeau préputial est pédiculé. Cependant, elle est étroitement dépendante de l existence d un prépuce intacte, ce qui constitue un autre argument contre la circoncision intempestive, apanage de nos contrées. Mots clés : hypospadias, enfant, technique de Onlay, Yaoundé, Cameroun. C5 - ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES, DIAGNOSTIQUES ET THÉRAPEUTIQUES DES FAUX- KYSTES DU PANCRÉAS : À PROPOS DE 9 CAS. Seye Y, Dieng M Service de Chirurgie Générale-Hôpital Aristide Le Dantec Introduction Les faux- kystes du pancréas sont des collections pancréatiques définies par une absence d épithélium au niveau de leur paroi. Ils surviennent le plus souvent au décours d une pancréatite aiguë ou d un traumatisme. Le but de notre travail est d évaluer les aspects épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques des fauxkyste du pancréas. Patients et méthode Il s agissait d une étude rétrospective au service de chirurgie générale de l hôpital Aristide Le Dantec, du 1er janvier 2006 au 31 décembre Elle portait sur 9 patients avec un sex ratio de 1,2. L âge moyen était de 39,5 ans avec des extrêmes de 23 et 59 ans. Résultats Les antécédents étaient représentés par un éthylisme chronique chez 3 patients, une pancréatite aigüe chez 2 patients, un traumatisme chez 2 patients. Une voussure épigastrique douloureuse avait été notée chez tous les patients. La symptomatologie avait évolué en moyenne pendant 10 semaines avec des extrêmes de 3 semaines et 5 ans. La TDM abdominale avait montré un faux- kyste du pancréas dont les dimensions moyennes étaient de 24,1 cm avec des extrêmes de 10 et 30 cm. Le dosage des Ca 19-9 était réalisé chez 3 patients et normal. Une régression spontanée et complète avait été observée dans 3 cas. Une dérivation kysto-gastrique avait été réalisée chez 4 patients. Une dérivation kysto-duodénale avait été réalisée chez 1 patient. Une pancréatectomie caudale avait réalisée chez 1 patient. L examen anatomo- pathologique n avait pas montré de lésion maligne. Conclusion La prise en charge des faux- kyste du pancréas de grande taille n est pas codifiée. La chirurgie donne de bons résultats. Le traitement symptomatique garde sa place dans le traitement des faux- kystes de petite taille. Cependant, le drainage per- cutané ou endoscopique, moins invasif constitue une bonne alternative à la chirurgie. Mots- clefs : faux- kyste du pancréas, dérivation kysto- gastrique, drainage per- cutané, drainage endoscopique C6 - LE VOLVULUS GASTRIQUE DE L ENFANT : A PROPOS DE 4 CAS SECK Ndeye Fatou, SAGNA A., LO F.B., WELLE I., NGOM G. CHIRURGIE PEDIATRIQUE - HOPITAL D ENFANTS ALBERT ROYER DE DAKAR Introduction Le volvulus gastrique représente une des complications majeures des anomalies de fixation de l estomac. Il s agit d une urgence chirurgicale rare mais non exceptionnelle qui peut se manifester à tout âge. Compte tenu de la mise en jeu du pronostic vital il faut savoir y penser devant tout tableau occlusif atypique. Le but de l étude est de montrer les difficultés diagnostiques dans notre pratique quotidienne. XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 18

21 Méthodes Nous rapportons quatre observations de volvulus gastrique isolé ou associé à une hernie diaphragmatique colligées rétrospectivement de janvier 2012 à janvier 2017 au Service de Chirurgie Pédiatrique de l Hôpital d Enfant Albert Royer. Résultats Il s agissait d un nouveau-né, de deux nourrissons et d un petit enfant, qui présentaient des vomissements continus ou intermittents. L Abdomen Sans Préparation a révélé une hernie diaphragmatique chez deux patients avec une distension gastrique majeure dans un cas, le TOGD a montré des images d obstacle gastrique dans deux cas et l Echographie a permis de poser le diagnostic chez le nouveau-né. La laparotomie pratiquée dans tous les cas a retrouvé un type mésentéro-axial chez deux enfants et organo-axial dans les deux autres cas. Les gestes réalisés ont consisté en une détorsion gastrique suivie d une gastropexie après réfection du diaphragme dans les hernies associées. Les suites opératoires ont été simples. Conclusion La gravité de cette affection nécessite une prise en charge chirurgicale précoce basée sur la clinique, l écho-doppler et le transit œsogastroduodénal. C7 - LA CŒLIOSCOPIE A DAKAR : EVALUATION DES INCIDENTS PREOPERATOIRES SUR 10 ANNEES. Alpha Oumar Touré, Abdou Niasse, Mamadou Cissé, Ousmane Thiam, Mohamadou Lamine Gueye, Mamadou Seck, Ousmane Ka, Madieng Dieng. Auteur correspondant : Dr Alpha Oumar TOURE, Maître-Assistant, Chirurgie Générale, CHU A. Le Dantec, Avenue Pasteur, BP 3001, Dakar (SENEGAL). Introduction La video-coelioscopie, introduite dans les années 1990 à l Hôpital Aristide Le Dantec de Dakar, est soumise à des contraintes particulières à notre pratique quotidienne. Ces contraintes sont responsables d incidents et d accidents per-opératoires. Matériel et méthodes Il s agit d une étude rétrospective descriptive menée à partir de 842 dossiers de coelioscopie sur une période allant du 1er Janvier 2006 au 31 Décembre 2015 au sein du Service de Chirurgie générale de l Hôpital Aristide Le Dantec de Dakar. Ont été inclus, tous les cas d incidents per-opératoires (59 cas). Nous avons étudié : les données épidémiologiques, les interventions concernées, leur nature, et leur prise en charge. Résultats Nous avons recensé 59 incidents opératoires répondant à nos critères, soit une incidence de 7%. Le sexe féminin prédominait avec un sex-ratio de 0,9 (28 hommes/31 femmes). L âge moyen des patients était de 35 ans avec des extrêmes de 12 et 85 ans. Les interventions concernées étaient effectuées majoritairement en programmation réglée (50 cas). Les incidents per-opératoires survenaient surtout au décours d une chirurgie hépato-biliaire, notamment la cholécystectomie avec 45 cas (76,2% des incidents). Les accidents digestifs dominaient avec 39 cas (66,1%). La plaie biliaire était la plus fréquente (n=24 soit 40,6%). Les incidents en chirurgie réglée (n=50 soit 84,7%)) étaient dominées par les complications biliaires avec 19 cas de brèche vésiculaire (32,2%) et 8 plaies hépatiques (14,1%). Nous avons noté 9 cas (15,3%) d incidents per-opératoires en urgence (5 plaies iléales (8,9%), 1 plaie caecale (1,6%), 2 saignements de l artère appendiculaire (3,2%), 1 cas (1,6%) d intolérance au pneumopéritoine). La prise en charge des incidents a été faite sous coelioscopie dans 35 cas (59,3%).Le taux de conversion en laparotomie était de 40,7% (n=24) : hémorragie incontrôlée dans 10 cas ; brèche intestinale dans 8 cas ; plaie de la voie biliaire principale dans 3 cas et 3 cas d intolérance au pneumopéritoine. Les suites ont été simples dans 37 cas (62,7%). Une morbidité opératoire de 37,3% était notée (n=22). Dans le 19 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

22 tableau V, nous avons détaillé la nature de ces complications, leur origine et leur prise en charge. Deux décès ont été notés suite à une péritonite post-opératoire (3,4%) : La durée moyenne d hospitalisation de nos patients était de 11 jours avec des extrêmes de 3 et 29 jours. Conclusion : les incidents per-coelisocopiques sont non négligeables et il faut une prise en charge adaptée afin d éviter des conséquences dramatiques. Mots clés : Coelioscopie, Chirurgie hépatobiliaire, Incidents opératoires C8 SIGMOIDECTOMIE IDEALE PAR VOIE ELECTIVE : TRAITEMENT A FROID DU VOLVULUS DU SIGMOIDE Diémé Eugène, Ndiaye B, Sall I, Bénadji E, Fall O, Sow A, Ogougbémy M. Adresse : Hôpital Principal de Dakar Introduction L objectif de ce travail est de décrire la technique de sigmoïdectomie idéale effectuée par voie élective en fosse iliaque gauche en dehors de l épisode aigu de volvulus du sigmoïde. Patients et Méthodes Il s agissait 7 patients de sexe masculin, tous constipés chroniques, d âge moyen 55 ans [24 83 ans]. Deux avaient des antécédents de volvulus du sigmoïde détordu par tube rectal et 1 était sous traitement anti-rétroviral pour infection à VIH. Ils étaient reçus en urgence dans un tableau d occlusion intestinale aiguë par volvulus du sigmoïde sans signes de souffrance digestive confirmé par la tomodensitométrie abdominale dans tous les cas. Six patients avaient bénéficié en urgence d une détorsion par tube de Faucher. Chez 1 patient la détorsion était survenue de façon spontanée. Au cours de la même hospitalisation, dans un délai moyen de 10 jours [7 21 jours], était réalisée une sigmoïdectomie idéale avec rétablissement de la continuité digestive par anastomose mécanique colo-colique latéro-latérale terminalisée. L abord était électif en fosse iliaque gauche en miroir de l abord de Mac Burney. A travers une séance vidéo nous décrivons la technique de sigmoïdectomie idéale réalisée chez ces patients. Résultats Les suites opératoires étaient simples. La morbidité et la mortalité était nulle chez tous les patients. La boisson était réintroduite au premier jour après la sigmoïdectomie et l alimentation au 2ème jour. La reprise du transit en gaz était obtenue en moyenne au 2ème jour [1 3 jours]. La durée moyenne d hospitalisation après la sigmoïdectomie était de 5 jours [4 6 jours]. Tous les patients étaient revus à 1 mois. Le transit était régulier avec au moins 1 selle par jour. La cicatrisation de l abord était acquise et était de bonne facture chez tous les patients. Conclusion Cette technique de résection de la boucle sigmoïdienne par voie élective, dans les suites d un volvulus du sigmoïde sans nécrose détordue par tube de Faucher, constitue une technique simple, peu morbide et sure. Mots clés : volvulus sigmoïde, tube de Faucher, colectomie idéale, laparotomie. Session Obstétrique et néonatologie C9 - CESARIENNE ET SANTE PERINATALE : EXPERIENCE ET PROBLEMATIQUE ACTUELLE AU SENEGAL actuelle au Sénégal CISSE Cheikh A Tidiane, NIANG MM Service de Gynécologie-Obstétrique EPS IHS, Avenue Malick SY, Dakar. BP 15745, CP Dakar/Fann, Sénégal. Introduction : Au Sénégal, les complications des accouchements dystociques occupent une place prépondérante parmi les causes de mortalité maternelle et néonatale. Depuis 1986, le Sénégal a fait de la prise en charge des accouchements dystociques une approche prioritaire pour réduire cette mortalité. XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 20

23 Objectif : évaluer l impact de cette stratégie après 30 ans de mise en œuvre. Méthodologie : A travers l analyse critique des différents documents publiés sur la césarienne entre 1986 et 2015, nous avons essayé de répondre aux 5 questions suivantes : Quelle est l évolution de la couverture des besoins en césariennes? Existe-t-il une inflation des taux de césariennes? La césarienne est-elle aujourd hui réellement accessible géographiquement et financièrement? Quelle est l évolution des indications de césariennes, cette évolution va-t-elle dans la bonne direction? Qu elle est l impact de l augmentation des taux de césariennes sur l évolution de la mortalité maternelle et néonatale? Résultats : Par rapport à l objectif minimal de 5% d accouchements par césariennes que le Sénégal s était fixé pour réduire significativement la mortalité maternelle, la couverture des besoins en césariennes a été multipliée par 12 (0,5% en 1988, 0,7% en 1992, 0,6% en 1996, 1,7% en 2001, 3,1% en 2005 et 4,4% en 2013, 6% en 2014). Mais, cette augmentation globale masque en réalité deux problèmes : des taux encore faibles dans les régions de l intérieur du pays et une inflation dans les maternités de référence des grandes villes où le taux moyen est de 27,5%. Concernant les indications, par rapport à la classification opérationnelle en 3 groupes utilisée, on observe une baisse progressive et légère des césariennes obligatoires qui restent néanmoins prédominantes (50-44%), une évolution en dents de scie des césariennes de nécessité (29-20%) et une augmentation des césariennes de prudence (21-30%). Par rapport à la situation clinique, les indications de césariennes les plus fréquentes sont : la disproportion foeto-pelvienne (36%), l utérus cicatriciel (18%), les complications de l hypertension artérielle (14%) et la souffrance fœtale aiguë 13%). L augmentation du taux de césariennes a certainement eu un impact sur la mortalité maternelle qui a été divisée par 2 (510 en 1992, 401 en 2005 et 392 en 2011, 219 décès pour naissances vivantes en 2014) et sur la mortalité néonatale qui a été divisée par 4 (110 pour en 1988, 68 pour en 1993, 65 pour 1000 en 1995, 35 pour en 2005, 29 pour en 2011, 26 pour 1000 naissances vivantes en 2014). Mais, la cinétique des courbes de mortalité, surtout celle de la mortalité maternelle, a évolué plus lentement que celle du taux de césariennes. Conclusion : La couverture en césariennes a augmenté significativement au cours des 30 dernières années, permettant au Sénégal d atteindre l objectif national qu il s était fixé. Mais, l impact de cette évolution sur la réduction de la mortalité maternelle et néonatale est en deçà des attentes. Il faut à présent mieux couvrir les zones rurales et lutter contre l inflation des taux notée dans les centres de référence des grandes villes. Mots clés : Dystocies, Césariennes, Mortalité maternelle et néonatale. C10 - HEMORRAGIES DU POST-PARTUM IMMEDIAT AU CENTRE DE SANTE NABIL CHOU- CAIR DE DAKAR (SENEGAL) : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES, CLINIQUES, PRONOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES ME FAYE DIEME, O GASSAMA, MN TINE, A NDIAYE, PM MOREIRA, JC MOREAU Auteur correspondant : Marie Edouard FAYE DIEME Adresse : Clinique Gynécologique et Obstétricale, CHU Le Dantec RESUME Objectifs : Déterminer la fréquence des hémorragies du post-partum immédiat (HPPI), décrire les caractéristiques socio-démographiques des patientes, identifier les facteurs étiologiques et évaluer la prise en charge thérapeutique et le pronostic au niveau d un Centre de Santé de niveau II de Dakar. Patientes et méthodes : Il s agissait d une étude rétrospective, descriptive et analytique réalisée à la Maternité du Centre de Santé Nabil Choucair de Dakar entre le 1er Janvier 2011 et le 31 Décembre 2015 portant sur tous les cas d hémorragies du post-partum immédiat. La saisie et l analyse des données étaient réalisées grâce aux logiciel Sphynx et Epi info version 3.5. Résultats : La fréquence des hémorragies du post-partum immédiat était de 1,1% des accouchements. 21 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

24 Le profil type des patientes concernées était celui d une primipare (34%) ou paucipare (27,3%), âgée en moyenne de 27,5 ans, qui avait bénéficié d un suivi prénatal acceptable (98,4%) et avait accouché par voie basse (91%). Les principales étiologies d hémorragie du post-partum immédiat étaient représentées par les lésions traumatiques (39,6%), l atonie utérine (31%) et les rétentions placentaires (25,2%). Les facteurs de risque étaient essentiellement le suivi prénatal de mauvaise qualité, la grossesse gémellaire et l accouchement par césarienne. La prise en charge médicale initiale était basée sur la réanimation avec l utilisation de solutés de remplissage, de la transfusion sanguine (22,4%) concomitamment à l administration d ocytocine (66,5%) et d analogues des prostaglandines (33,5%). La prise en charge obstétricale consistait soit en une révision utérine seule (20,7%) soit associée à un massage utérin (59,8%) et/ou la mise en place d un sac de sable (19,1%). Le traitement mécanique consistait essentiellement à la réalisation d un tamponnement intra-vaginal (69,2%) ou d un tamponnement intra-utérin (24,4%). Le traitement chirurgical comprenait 18 hystérectomies d hémostase (13,1%) et 118 (85,5%) sutures réparatrices (lésions utérines, cervicales et périnéo-vaginales). La principale complication maternelle était l anémie (71,4%). La létalité spécifique de l hémorragie du post-partum immédiat était de 6,8%. Conclusion : L amélioration du pronostic des HPPI pronostic passe par un dépistage des facteurs de risque, un diagnostic précoce grâce à une estimation précise des pertes sanguines, une prise en charge précoce et l application effective des mesures préventives qui ont fait la preuve de leur efficacité. Mots-clés : Hémorragies du post-partum immédiat, Hystérectomie d hémostase, Mortalité maternelle. C11 - EVALUATION RAPIDE DE LA QUALITÉ DES SOINS OBSTÉTRICAUX ET NÉONATAUX D URGENCE (SONU) AU SÉNÉGAL EN 2016 M. Diadhiou1, I. Mall1, S. Diouf1, T. Dieng1, I. Moreira3, S. Kane3, M.B. Daff2, J.C. Moreau1 Centre Régional de Formation, de Recherche et de Plaidoyer en Santé de la Reproduction (CEFOREP), Sénégal Direction de la Santé de la Reproduction et de la Survie de l Enfant (MSAS/DSRSE), Sénégal Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Sénégal Introduction Le Sénégal, à l instar de presque tous les pays africains, n a pas atteint les Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le Développement (OMD), notamment le ratio de mortalité maternelle qui était estimé, en 2015, à 315 décès pour naissances vivantes, loin de la cible attendue de 127 décès pour naissances vivantes. Faute de données précises et à jour, le niveau de performance des nombreuses actions mises en œuvre comme le niveau de santé des mères et des nouveau-nés restaient mal connus. C est pour y remédier que le Ministère de la Santé et de l Action Sociale avait initié d une évaluation rapide de la disponibilité, de l utilisation et de la qualité des Soins Obstétricaux et Néonataux d Urgence (SONU) au Sénégal. Méthodologie Il s agissait d une enquête nationale rétrospective et descriptive. La collecte de données s étalait sur la période allant d août 2015 à juillet Elle était exhaustive, ciblant 120 structures publiques de référence (Etablissements Publics de Santé, Centres de santé de type I et II) devant offrir les SONU. A cet effet, cinq outils de collecte avaient été utilisés. L un faisait la synthèse des données de la structure de santé. Il relevait, entre autres, les décès maternels, les mort-nés périnatals et les décès néonataux précoces. Les données étaient collectées sur supports électroniques et analysées à l aide du logiciel SPSS 21. Résultats Sur les 781 décès enregistrés, plus de sept sur dix (73,0%) relevaient de causes directes et un peu moins d un cas sur deux (16,8%) de causes indirectes. Par ordre de fréquence, les hémorragies (42,5%) étaient la principale cause de décès maternels. Elles se subdivisaient en hémorragie de l ante-partum (26,4%) et du post-partum (16,1%), les états hypertensifs liés à la grossesse s intercalant (17%) entre elles. Ensuite, venait l anémie sévère (10,1%), première cause indirecte. La létalité obstétricale directe était de 1,9%. Parmi les causes directes, la pathologie la plus létale était l hémorragie du post-partum (5,4%). Elle devançait ainsi la rupture utérine (4,2%), l hémorragie de l ante-partum (3,4%), la prééclampsie/éclampsie (1,5%), les infections sévères du post-partum (1,4%) et les complications graves de l avortement (1,3%). L anémie sévère XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 22

25 (1,8%) et le paludisme (0,6%) étaient les principaux facteurs de létalité maternelle par causes indirectes. En termes de mortalité néonatale très précoce, l absence de notification du poids des nouveau-nés décédés moins de 24 heures après leur naissance (52,4%) rendait hasardeuse toute tentative d interprétation des données collectées. Conclusion Globalement, la létalité obstétricale directe était encore deux fois trop élevée, témoignant des difficultés de prise en charge des hémorragies, de la rupture utérine et de l éclampsie. Cette situation devait amener à rendre plus systématique les revues de décès maternels. Mots clés : SONU, Qualité des soins, Mortalité maternelle, Mortalité néonatale C12 - LES SOINS OBSTETRICAUX D URGENCE A LA MATERNITE DU CENTRE HOSPITA- LIER REGIONAL DE SAINT LOUIS DU SENEGAL DE 2011 A 2015 : BILAN ET PERSPECTIVES O.THIAM1, M.MBAYE1, M.L.CISSE2, M.GUEYE3, M.NIANG3, A.A.DIOUF3, O.GASSAMA3, J.C.MOREAU3 1UFR2S, Université GASTON BERGER de SAINT LOUIS 2 UFR santé de THIES, Université de THIES 3 Université Cheikh Anta DIOP de DAKAR Objectifs : L objectif général de ce travail était d évaluer les soins obstétricaux d urgences au niveau de la maternité de référence du centre hospitalier de Saint louis. Les objectifs spécifiques étaient d analyser les tendances évolutives et de proposer des solutions visant à améliorer la qualité des soins obstétricaux. Méthodologie : il s agissait d une étude transversale descriptive portant sur l ensemble des entrantes obstétricales au niveau de la maternité durant la période de Jjanvier 2011 à Ddécembre Résultats : nous avons enregistrée entrantes dans la salle d accouchement avec une moyenne annuelle de Les accouchements représentaient des entrantes, soit 90,58%. Les césariennes étaient au nombre de 4083 cas, soit 17,7% des accouchements.les évacuations sanitaires obstétricales représentaient 3845 cas, soit 16,3% des admissions obstétricales. La mortinatalité était de 6,5 pour 100 naissances vivantes. Nous enregistré un taux de mortalité maternelle de 547,08 pour naissance vivantes. Les causes de décès étaient directes dans 70% des cas et indirectes dans 30%. Conclusion : Le Centre Hospitalier Régional de Saint Louis de par sa position géographique constitue un centre de référence dans le dispositif sanitaire au nord du Sénégal. La disponibilité des SONUC a permis d améliorer les indicateurs en santé maternelle et néonatale dans la zone. Alors, il convient d insister sur la nécessité de la décentralisation des activités obstétrico-chirurgicales en périphérie. Mots clés : Soins obstétricaux et néonataux d urgence, Mortalité maternellematérno-foetal, Mortalité néonatalesaint Louis. THE OBSTETRIC EMERGENCY CARE OF MATERNITY HOSPITAL OF SAINT LOUIS AT SENEGAL REGIONAL A SUMMARY AND OUTLOOK O.THIAM1, M. MBAYE1, M.L.CISSE2, C.T.SARR3, M.DIOUF3, J. C. MOREAU4 1UFR2S, UGB, Saint Louis 2 UFR Sante de THIES 3Centre Hospitalier Régional de saint louis 4 Centre hospitalier de le Dantec, UCAD Objectives: The main objective of this work was to evaluate emergency obstetric care at the reference maternity hospital of Saint louis. The specific objectives were to analyze the changing trends and propose solutions to improve the quality of obstetric 23 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

26 Methodology: this was a descriptive cross-sectional study of all obstetric incoming at the maternity during the period January 2011 to December Results: We recorded 25,363 incoming in the delivery room with an annual average of The deliveries accounted incoming or 90.58%. Caesareans were 4083 cases or 17.7% of accouchements.les obstetric medical evacuations represented 3845 cases or 16.3% of obstetric admissions. Stillbirth was 6.5 per 100 live births. We recorded a maternal mortality rate of per 100,000 live birth. The causes were direct in 70% of cases and in 30% indirect. Conclusion: The availability of EmONC has improved indicators in maternal and newborn health. Despite progress, beaucoupd efforts still needed. Despite resource constraints (human, material) to solve, it should décentraliserles EmONC outskirts for their better access to people in the area. Keywords: Obstetric Care and Emergency neonatal, maternal-fetal mortality, Saint Louis. C13 - LES SOINS OBSTETRICAUX D URGENCE A LA MATERNITE DU CENTRE HOSPITA- LIER REGIONAL DE SAINT LOUIS DU SENEGAL DE 2011 A 2015 : BILAN ET PERSPECTIVES O.THIAM1, M.MBAYE1, M.L.CISSE2, M.GUEYE3, M.NIANG3, A.A.DIOUF3, O.GASSAMA3, J.C.MOREAU3 1UFR2S, Université GASTON BERGER de SAINT LOUIS 2 UFR santé de THIES, Université de THIES 3 Université Cheikh Anta DIOP de DAKAR Objectifs : L objectif général de ce travail était d évaluer les soins obstétricaux d urgences au niveau de la maternité de référence du centre hospitalier de Saint louis. Les objectifs spécifiques étaient d analyser les tendances évolutives et de proposer des solutions visant à améliorer la qualité des soins obstétricaux. Méthodologie : il s agissait d une étude transversale descriptive portant sur l ensemble des entrantes obstétricales au niveau de la maternité durant la période de Jjanvier 2011 à Ddécembre Résultats : nous avons enregistrée entrantes dans la salle d accouchement avec une moyenne annuelle de Les accouchements représentaient des entrantes, soit 90,58%. Les césariennes étaient au nombre de 4083 cas, soit 17,7% des accouchements.les évacuations sanitaires obstétricales représentaient 3845 cas, soit 16,3% des admissions obstétricales. La mortinatalité était de 6,5 pour 100 naissances vivantes. Nous enregistré un taux de mortalité maternelle de 547,08 pour naissance vivantes. Les causes de décès étaient directes dans 70% des cas et indirectes dans 30%. Conclusion : Le Centre Hospitalier Régional de Saint Louis de par sa position géographique constitue un centre de référence dans le dispositif sanitaire au nord du Sénégal. La disponibilité des SONUC a permis d améliorer les indicateurs en santé maternelle et néonatale dans la zone. Alors, il convient d insister sur la nécessité de la décentralisation des activités obstétrico-chirurgicales en périphérie. Mots clés : Soins obstétricaux et néonataux d urgence, Mortalité maternellematérno-foetal, Mortalité néonatale. C 14 - LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PRÉÉCLAMPSIE : PRONOSTIC ET PRISE EN CHARGE AU CENTRE HOSPITALIER NATIONAL DE PIKINE Moussa Diallo1, Abdoul Aziz Diouf1, Omar Gassama2, Lydie Damandji1, Cire E G Koulimaya1, Aminata Sophie Coulbary1, Jean Charles Moreau2, Alassane Diouf1. 1. Centre Hospitalier National de Pikine 2. Clinique Gynécologique et Obstétricale de Dakar Résumé L objectif de cette étude était d évaluer la prévalence des complications aiguës chez les patientes présentant une prééclampsie, de décrire le profil épidémiologique et d évaluer le pronostic et la prise en charge. XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 24

27 Patientes et méthode : Il s agissait d une étude rétrospective portant sur les patientes admises au Centre Hospitalier National de Pikine du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2013 et présentant une prééclampsie sévère. Résultats : La fréquence de la prééclampsie sévère rapportée aux accouchements variait de 9,7% à 11,5% selon les années. Elles étaient en grande partie paucigestes (55,7% des cas) et paucipares (58,5% des cas). L âge moyen de nos patientes était de 28,14 ans avec des extrêmes de 14 et 47 ans. Plus de la moitié des patientes (57,7%) avait un âge compris entre 21 et 34 ans. Elles étaient en majorité mariées (90,7%). Les trois quarts des patientes (76,8%) avaient une protéinurie aux bandelettes 3 croix. Une thrombopénie était trouvée chez 9,7% des patientes, une cytolyse hépatique dans 12,1% des cas, et une élévation de la créatininémie dans 13,8%. Le taux des transaminases était retrouvé supérieur à 2 deux la normale dans 12,1% des patientes. Les formes compliquées étaient les plus représentées dans notre étude. Il s agissait de 715 cas de complications aiguës (57,3 % des patientes). Elles étaient soit isolées (52,8%), soit associées (4,5%). Il s agissait de l éclampsie (24,9%), suivie de l hématome rétroplacentaire (24,6%), de la mort fœtale in utero (23,7%), du syndrome HELLP (3,4%), de l œdème aigu des poumons (1,5%), et de l insuffisance rénale aiguë (1,4%). La létalité était de 2,4%. Les causes de décès maternel étaient dominées par l éclampsie (14 cas), la CIVD (3 cas) et l OAP (2 cas). Nous avons comptabilisé 77,7% de naissances vivantes et une mortinatalité de 254,5. Conclusion : Les complications aiguë de la prééclampsie sont relativement au niveau du CHN de Pikine. Elles aggravent considérablement le pronostic vital et fonctionnel du couple mère-enfant. Mots clés : Prééclampsie sévère, Eclampsie, Syndrome HELLP, Mortalité maternelle. C 15 - UTILISATION DU SULFATE DE MAGNESIUM DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA PRE-ECLAMPSIE SEVERE AU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LA MERE ET DE L ENFANT LAGUNE (CHU-MEL) DE COTONOU BENIN TONATO BAGNAN J.A, LOKOSSOU MS, ABOUBAKAR F, LOKOSSOU MS, HOUNKPATIN B.I.B, LOKOSSOU A, PERRIN RX Département Mère Enfant, Faculté des sciences de la santé de l Université d Abomey-Calavi Correspondance : Dr TONATO BAGNAN Josiane Angéline, Maître de Conférences Agrégé de Gynécologie Obstétrique, 07 BP 366, Cotonou, Objectif : Evaluer l utilisation du protocole du sulfate de magnésium dans la prise en charge de la pré-éclampsie sévère au CHU-MEL. Méthode : Il s agit d une étude rétrospective et transversale à visée descriptive et analytique qui s est déroulée du 15 Janvier 2015 au 15 Juillet Ont été inclues, toutes les patientes admises pour une pré-éclampsie associée à au moins un critère de sévérité et traitées par le sulfate de magnésium. Les données recueillies par questionnaire ont été saisies et analysées par le logiciel Epi info version 7.1 puis traitées avec le logiciel stata version 11+. Résultats : Sur un total de 5805 accouchements, 447 cas de pré-éclampsie sévère ont été enregistrées soit une prévalence de 7.7%. Sur les 312 dossiers retrouvés et exploités, 272 patientes avaient reçu le sulfate de magnésium. La fréquence d utilisation du sulfate de magnésium était de 87.18% soit plus du triple de celle obtenue pendant le PARSUON. Une mauvaise conduite du protocole a été relevée. Près de 30% des patientes n avaient pas reçu la dose d entretien. Dans 66.33% des cas, la dose d entretien était administrée en perfusion lente au lieu de la seringue électrique. La durée du traitement était inférieure à 24h dans 37.24% des cas. Une diminution de l efficacité a été remarquée comparativement aux résultats notés pendant le projet surtout dans la prévention de la récidive des crises (80% versus 96.68%) et dans la prévention de l éclampsie (98.44% versus 100%). L apparition et la récidive des crises sous traitement étaient corrélées à la durée du traitement (p=0.003 et p=0.004). Le taux de létalité maternelle était de 1.34% contre 0.94% au cours du projet. La mortinatalité était de 10.51%. Elle est similaire à celle rapportée pendant le PARSUON (10.98%). 25 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

28 Conclusion : L utilisation du sulfate de magnésium a connu plusieurs irrégularités ces dernières années au CHU-MEL avec une diminution de l efficacité par rapport aux résultats notés pendant le PARSUON. Mots clés : Pré-éclampsie sévère, Eclampsie, Sulfate de magnésium. C 16 - ROLE DU PALUDISME DANS LA SURVENUE DE L HEMATOME RETROPLACENTAIRE (HRP) EN ZONE D ENDEMIE? Abdoul Aziz DIOUF1, Aminata NIASS1, Aïda Saliou BADIANE2, Moussa DIALLO1, Marie Edouard FAYE-DIE- ME1, Jean Charles MOREAU1, Daouda NDIAYE2, Alassane DIOUF1. 1. Clinique Gynécologique et Obstétricale de Dakar 2. Service de Parasitologie de l Hôpital Aristide Le Dantec Résumé Objectifs : Rechercher les déterminants de l hématome rétroplacentaire à Dakar. Rechercher une relation de causalité entre l hématome rétroplacentaire et le paludisme. Méthodologie : il s agit d une étude cas-témoins menée dans trois centres de références de Dakar. Les cas (135 patientes) représentaient toutes les patientes présentant un hématome rétroplacentaire à partir de 20 semaines d aménorrhée. Étaient colligés comme témoins (135 patientes), les parturientes habitant la même zone géographique que les cas et qui ne présentaient aucune forme d hématome rétroplacentaire et venant juste d accoucher après le cas. Le critère d évaluation principal était la mise en évidence d une infection palustre par biologie moléculaire. Les données recueillies sur la fiche d enquête ont été saisies et analysées grâce au logiciel Epi info version Résultats : La prévalence de l hématome rétroplacentaire était de 2,2%. Les cas étaient moyennement plus âgés que les témoins (29,5±7,02 vs 26,1±6,3 ans). La gestité et la parité était plus élevé chez les cas avec respectivement 3,58±2,3 vs 2,33±1,71 et 3,12±2,1 vs 1,89±1,3. L hypertension artérielle était plus fréquente parmi les cas (75% vs 25%). La prise de sulfadoxine-pyriméthamine et l utilisation de moustiquaire imprégnée d insecticide était moins observée dans le groupe hématome rétroplacentaire avec respectivement 48% vs 52%, et 48,7% vs 51,3%. L hématome rétroplacentaire survenait dans 90% des cas au troisième trimestre. La césarienne était réalisée dans 83% des cas contre 17% pour les témoins. Le poids moyen des nouveau-nés était de 2220 g chez les cas contre 2860 g chez les témoins. La transfusion sanguine, l hémodialyse et les soins intensifs étaient exclusivement observés chez les cas avec respectivement 28,6%, 1% et 12,4%. La mortinatalité était de 90,7% chez les cas contre 9,7 % chez les témoins. Un décès maternel était constaté dans le groupe hématome rétroplacentaire. Pour toutes les patientes, la recherche d infection palustre par biologie moléculaire était négative. Conclusion : Il n existait pas de relation entre l hématome rétroplacentaire et le paludisme. L hypertension artérielle et le mauvais suivi prénatal étaient les principaux facteurs associés à la survenue de l hématome rétroplacentaire. Mots clés : Paludisme, Hématome rétroplacentaire, Mortalité maternelle, Mortinatalité SESSION CHIRURGIE PEDIATRIQUE C 17 - LES URGENCES ABDOMINALES AIGUES AU SERVICE DE CHIRURGIE PEDIATRIQUE DE L HOPITAL ARISTIDE LE DANTEC : A PROPOS DE 120 CAS A. S.NGANDJIO, P.A MBAYE, D. DJACBARE, I WELLE, O. NDOUR, G. NGOM INTRODUCTION Les urgences abdominales aiguës de l enfant en milieu chirurgical englobent aussi bien les urgences médicales que les urgences chirurgicales. Leur diagnostic présente des difficultés variables Le traitement passe XVIII èmes J M, Pharmaceutiques, Odontologiques et Vétérinaires 26

29 par un examen méticuleux et la compréhension des spécificités pédiatriques en fonction de l âge. Le but était de faire un état des lieux des aspects socio-démographiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs des urgences abdominales aiguës chez l enfant au service de chirurgie pédiatrique du centre hospitalier universitaire Aristide Le Dantec. PATIENTS ET METHODES Il s agissait d une étude prospective d une période d un an, allant de Mars 2014 à Février Elle concernait les enfants âgés de 0 à 15 ans présentant une urgence abdominale aiguë en dehors des occlusions néonatales, des hernies étranglées, des malformations congénitales de la paroi abdominale et des malformations ano-rectales. Cent vingt enfants répondaient aux critères de sélection. RESULTATS Les UAA représentaient 19% de toutes les admissions du service. Le sexe ratio était de 2,4. Quatre-vingtquatre pour cent des enfants étaient âgés de plus de 6 ans. Le délai moyen de consultation était de 113, 39heures. Les péritonites aiguës (50 cas) et les appendicites aiguës (34 cas) étaient les principales pathologies rencontrées. La douleur abdominale était le maître-symptôme. Soixante-dix-neuf virgule cinq pour cent des patients ont été opérés dans un délai moyen de 20,44 heures. L évolution était favorable dans la majorité des cas (69,2%). La morbidité était de 30,8%et était essentiellement représentée par les infections. Quatre patients sont décédés, soit une mortalité de 3,3%. CONCLUSION Les urgences abdominales aiguës de l enfant occupent une place non négligeable dans la pratique hospitalière en milieu chirurgical au Centre Hospitalier Universitaire Aristide Le Dantec de Dakar.La pathologie appendiculaire est la plus fréquente (60,8%) avec des enfants qui sont souvent vus au stade de complication. La mortalité est faible (3,3%) et est liée aux complications des péritonites. Mots clés : urgences abdominales aiguës- grand enfant- pathologies appendiculaires. C 18 - LES URGENCES ABDOMINALES AIGUES AU SERVICE DE CHIRURGIE PEDIATRIQUE DE L HOPITAL ARISTIDE LE DANTEC : A PROPOS DE 120 CAS A. S.NGANDJIO, P.A MBAYE, D. DJACBARE, I WELLE, O. NDOUR, G. NGOM INTRODUCTION Les urgences abdominales aiguës de l enfant en milieu chirurgical englobent aussi bien les urgences médicales que les urgences chirurgicales. Leur diagnostic présente des difficultés variables Le traitement passe par un examen méticuleux et la compréhension des spécificités pédiatriques en fonction de l âge. Le but était de faire un état des lieux des aspects socio-démographiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs des urgences abdominales aiguës chez l enfant au service de chirurgie pédiatrique du centre hospitalier universitaire Aristide Le Dantec. PATIENTS ET METHODES Il s agissait d une étude prospective d une période d un an, allant de Mars 2014 à Février Elle concernait les enfants âgés de 0 à 15 ans présentant une urgence abdominale aiguë en dehors des occlusions néonatales, des hernies étranglées, des malformations congénitales de la paroi abdominale et des malformations ano-rectales. Cent vingt enfants répondaient aux critères de sélection. RESULTATS Les UAA représentaient 19% de toutes les admissions du service. Le sexe ratio était de 2,4. Quatre-vingtquatre pour cent des enfants étaient âgés de plus de 6 ans. Le délai moyen de consultation était de 113, 39heures. Les péritonites aiguës (50 cas) et les appendicites aiguës (34 cas) étaient les principales pathologies 27 Livre des résumés - Faculté de Médecine/UCAD

30

СЛЕДОПЫТ ЗАПУЩЕН Сьюзан знала, что пройдет несколько часов, прежде чем Следопыт вернется. Она проклинала Хейла, недоумевая, каким образом ему удалось заполучить ее персональный код и с чего это вдруг его заинтересовал ее Следопыт.

Встав, Сьюзан решительно направилась подошла к терминалу Хейла. Экран монитора был погашен, но она понимала, что он не заперт: по краям экрана было видно свечение.

One thought on “Raymond Boudin Bibliography De Mariama Ba

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *